Love Architecture

Journées Nationales de l'Architecture

Notre destination est toute en contraste et son architecture en est le plus bel exemple.

Ici, les villas de la Belle Epoque côtoient les maisons de pêcheurs et les anciennes manufactures modernisées. Zoom sur  des constructions chargées d’histoire, insolites, un brin « excentric » à l’occasion des Journées Nationales de l’Architecture.

Le Frac Grand Large

Le Frac Grand Large a été conçu par les architectes Lacaton & Vassal, sur le site des anciens Ateliers et Chantiers de France. Les architectes ont choisi de protéger l’un des éléments constitutifs de l’histoire et de l’identité du territoire en n’apportant aucune modification à la Halle AP2 – Atelier de Préfabrication n°2 qui a vu naître les plus grands navires. Les architectes ont proposé de juxtaposer à ce bâtiment de 1949 un double aux dimensions identiques.

Le Frac Grand Large — Hauts-de-France a reçu de nombreux prix d’architecture parmi lesquels le Grand prix international d’architecture en 2017 ou le Grand prix régional d’architecture des Hauts-de-France en 2018.

Lire la suite

Le quartier « Excentric »

Dans les années 30, un quartier entier de Rosendaël tombe entre les mains de François Reynaert, artiste renommé, qui s’improvise architecte et fait de chaque villa une œuvre d’art.

Admirant le travail des modernistes, sans aucun diplôme d’architecte, il construit sa première maison rue Carnot, au cœur de son quartier natal en 1927. Sa carrière lancée, il décide d’acquérir un terrain maraîcher et y construit 35 villas en douze ans.

La Belle Epoque

Fin XIXe, séduit par les attraits de la côté, le monde littéraire et artistique se fait construire de nombreux chalets par des architectes prestigieux.

Ainsi, Dunkerque et sa région portent les traces de grands auteurs et poètes comme Victor Hugo, Jacques Duquesne ou Louis Aragon.

Télécharger la brochure

La Reconstruction

Fin de la Seconde Guerre mondiale, Dunkerque figure parmi les villes les plus détruites de France.

Sur 3 362 immeubles, 1 524 sont irrémédiablement détruits, 805 très endommagés et seulement 1 032 sont estimés habitables. Les architectes s’attèlent jusqu’aux années 60 à la reconstruction du port et de la cité de Jean Bart confortant du mieux possible l’équilibre entre les volontés, les urgences, les influences flamandes et la modernité de la charte d’Athènes de Le Corbusier.

Lire la suite