Les origines du carnaval de Dunkerque

Ah c’qu’elle est courue, la pêche à la morue !
© DIMITRI LELONG CLICKDL.FR

Les origines du carnaval de Dunkerque

Un peu d'histoire

Il faut sans doute une bonne dose d’optimisme pour trouver une explication ou un point de départ à la frénésie qui s’empare du littoral dunkerquois pendant les festivités du carnaval !

Quelques historiens courageux s’y sont essayé et s’accordent à dire que tout a commencé, au début du XVIIème siècle, avec les fêtes que donnaient les armateurs avant que les marins dunkerquois ne partent pêcher la morue au large de l’Islande.

Carnaval De Dunkerque Jet De Harengs Nb Sarah AlcalayCarnaval De Dunkerque Jet De Harengs Nb Sarah AlcalayCarnaval De Dunkerque Jet De Harengs Nb Sarah Alcalay

Ces campagnes de pêche duraient plusieurs mois et nul n’était tout à fait sûr d’en revenir… Alors, avant de partir, on dépensait une partie de l’avance sur salaire pour prendre du bon temps.

Ces festivités, appelées «FOYE» se déroulaient dans les estaminets ; elles ont pu, parfois, coïncider avec les jours gras qui précèdent la période de Carême. Les traditions de carnaval et de fête des pêcheurs se sont sans doute entremêlées pour devenir la «Visscherbende» (bande des pêcheurs).

Le carnaval de Dunkerque était né !

Le jet de harengs dans la bande des pêcheurs

Puisque le carnaval de Dunkerque est lié à la pêche à Islande, on peut penser que le l’on jette des klippers aux carnavaleux depuis la nuit des temps ? Et bien non. C’est en 1962 que cette tradition est née, sur l’idée de Jean Verlynde, vice- président du Syndicat d’Initiative et des commerçants.

À Dunkerque, la bande s’arrête devant l’hôtel de ville. La clique entame un chahut endiablé ; puis le maire et ses invités lancent les poissons emballés sur la foule ; ce qui donne lieu à des bousculades dantesques. Le jeu en vaut la chandelle : attraper un klipper constitue une récompense suprême et une fierté indicible, presque supérieures au fait de le déguster.

Certains, particulièrement habiles, attrapent plusieurs poissons, en mangent un ou deux et oublient les autres dans une poche du déguisement… parfois jusqu’à l’année suivante… ce qui contribue à créer le parfum si particulier de la bande des pêcheurs.

Ainsi, quelques-uns affirment qu’ils sentent arriver la bande avant même de l’entendre !

Le jet de harengs ou plutôt « jetd’z’harengs » de la bande de Dunkerque est le plus spectaculaire et rassemble plusieurs dizaines de milliers de personnes. Dans certains quartiers et communes, les jets revêtent une spécificité : par exemple, à Rosendaël et à Saint Pol sur Mer, on lance du poisson séché, à Bergues du fromage (de Bergues)… À Malo-les-Bains, autre tradition, on distribue des violettes.

Oui, quoi qu’on en pense, le klipper c’est bon, c’est bon !

Le Klipper (ou Kipper) est, à Dunkerque, un hareng fumé entier.

Dans l’histoire, c’est quand même lui qui a permis aux premiers dunkerquois de s’installer ici.

Il possède différentes spécificités remarquables comme un goût raffiné, un bouquet agréable bien qu’un peu entêtant, des vertus nourrissantes.